Pour les parents qui en veulent plus
Chicoutimi Chrysler

Merci à Chicoutimi Chrysler de nous permettre d'effectuer nos tournées de presse à bord de voitures familiales sécuritaires

Concours

Concours

Familles d’Aujourd’hui, en collaboration avec ses partenaires, vous promet des concours qui vous emballeront! Des voyages au soleil dans une destination famille, des régimes d'épargne-études, des séjours dans des camps de vacances, des livres, des jeux et encore plus… Bien des surprises vous attendent.

De Concours >

Des études pour nous déculpabiliser

12 mai 2015

Martyne Huot
Auteur(e)

Martyne Huot

Fondatrice du Réseau Familles d'Aujourd'hui. Auteure, conférencière.

En savoir plus

Vous avez sûrement vu ou lu les différents reportages sur une étude réalisé par des chercheurs de l'Université Laval sur l'impact du travail sur le bien-être des enfants. En gros, on y apprend que les enfants dont les parents travaillent, même beaucoup, se développent aussi bien sinon mieux que les enfants avec un parent à la maison. Les commentaires dans les médias sont les suivants: Enfin, on peut souffler, "je n'ai plus à me culpabiliser" et ainsi de suite. Je trouve déplorable que nous attendions qu'un chercheur quelque part annonce une théorie pour pouvoir se sentir bien dans notre rôle. Je crois que ce sentiment de culpabilité qui habite ces parents est plus néfaste que le travail en soi. Lisez toutes les études que vous voulez, il en revient toujours que si un parents est bien à travailler, son ou ses enfants évolueront dans un environnement sain. Une mère à la maison accomplie et fière de sa contribution à la société aura de très bons résultats avec ses enfants, j'en suis certaine. C'est une question de choix et d'équilibre, propre à chaque individu. Pas une question de recherche et de statistiques. Surtout pas une question de suivre la vague et les voisins. À quand le jour où les parents à la maison et les parents au travail viseront l'égalité comme les femmes ont visé l'égalité avec les hommes. La culpabilité de travailler devrait être derrière nous comme les vieilles maladies que nous avons réussi à faire disparaître. Nous devrions commencer à parler de responsabilité, de volonté d'élever nos enfants plus haut et plus grands que nous. Nous devrions commencer à parler de réussite de vie et d'objectifs concrets pour nos générations à venir. Travailler ou pas n'est plus un débat. C'est comme qui coule dans nos robinets. C'est là pour rester. Passons à autre chose.

Commentaires par Disqus