Pour les parents qui en veulent plus
Chicoutimi Chrysler

Merci à Chicoutimi Chrysler de nous permettre d'effectuer nos tournées de presse à bord de voitures familiales sécuritaires

Concours

Concours

Familles d’Aujourd’hui, en collaboration avec ses partenaires, vous promet des concours qui vous emballeront! Des voyages au soleil dans une destination famille, des régimes d'épargne-études, des séjours dans des camps de vacances, des livres, des jeux et encore plus… Bien des surprises vous attendent.

De Concours >

la politique et les parents

12 février 2014

Martyne Huot
Auteur(e)

Martyne Huot

Fondatrice du Réseau Familles d'Aujourd'hui. Auteure, conférencière.

En savoir plus

Publié le 03. fév, 2012 par admin dans Blogue de Martyne

Je suis une inconditionnelle des bulletins de nouvelles. Je ne peux me coucher le soir si je n’ai pas vu le téléjournal. Je ne suis pas heureuse quand Céline Galipeau prend des vacances (bien que ses collègues soient tout aussi compétents, mais c’est une question d’habitude) et j’ai pleuré le départ de Bernard Derome. Certains me disent que c’est déprimant, mais il faut savoir que je n’écoute jamais TVA. Cela aide sûrement. Le sensationnalisme, on repassera à Radio-Canada, quelqu’un de brillant à la SRC a décidé de ne pas tomber dans ce panneau et nous lui en sommes reconnaissants.

Donc, je dois écouter le bulletin le soir et lire La Presse le matin pour me sentir bien. L’arrivée des réseaux sociaux a changé le monde, quant à l’actualité. Bien que les soulèvements populaires aient toujours existé, rallier des gens à une cause est devenu plus faciles depuis l’arrivée des médias sociaux. On a vu des dictateurs tomber, des femmes épargnées de la mort grâce à Twitter et Facebook, des enfants recevoir le cœur qu’ils attendaient depuis des mois grâce à la mobilisation de la planète. C’est bon, les réseaux sociaux et la communication en général. Ce qui me surprend le plus (si l’on revient à l’échelle provinciale) est de voir à peu près tous les groupes de militants, d’environnementalistes, d’étudiants, d’avocats, etc., descendre aux barricades, à chaque occasion, pour revendiquer des droits (et souvent les obtenir), mais jamais les parents pour les droits les plus fondamentaux comme ceux de nos enfants. Le droit à un médecin de famille, les droits à une garderie éducative (juste une place, ne parlons même pas du reste) les droits à des services dans les écoles ou, plus récemment, juste une école où il n’y a pas de moisissure sur les murs. Où sommes-nous parents, quand vient le temps de se mobiliser? Pourtant, nous veillons au grain 24h/24h et sept jours sur sept. Les parents se battent pour le bien de leurs enfants, j’en suis témoin tous les jours.

Lire la suite

Commentaires par Disqus