Pour les parents qui en veulent plus
Chicoutimi Chrysler

Merci à Chicoutimi Chrysler de nous permettre d'effectuer nos tournées de presse à bord de voitures familiales sécuritaires

Concours

Concours

Familles d’Aujourd’hui, en collaboration avec ses partenaires, vous promet des concours qui vous emballeront! Des voyages au soleil dans une destination famille, des régimes d'épargne-études, des séjours dans des camps de vacances, des livres, des jeux et encore plus… Bien des surprises vous attendent.

De Concours >

Avant-Après.

02 mai 2014

Sylvia Tessier
Auteur(e)

Sylvia Tessier

Maman débordée et parfois dépassée qui partagera ses anecdotes cocasses, ses idées, ses crises de folies sur les joies d'être une maman glam & amoureuse.

En savoir plus
Avant-Après.

~~
D'accord, je ne remporterai pas le trophée de la fille qui a le style d'écriture le plus varié. Ce texte aura plusieurs similitudes d'avec mon billet intitulé: Corps empruntés.

Le problème, c'est que je suis confronté chaque jour aux changements qu'a subi mon corps depuis que j'ai eu mes précieuses fillettes. Dans ma douche, chaque soir. Au lit, avec mon amoureux, chaque euh... hors contexte. Moins qu'avant c'est certain, mais pareille. Dans ma cour, chaque fois que je souhaite améliorer mon bronzage inégal. À la plage, lorsque j'évite à tout prix de me mettre en maillot, prétextant que 33 degrés, c'est "pas si chaud" pour faire trempette. Dans la cabine d'essayage, chaque fois que je sacre après la paire de jeans taille 7, qui ne me fait plus aussi bien qu'avant ou que je m'insurge devant des robes qui tombent tellement mieux sur le mannequin à l'entrée de la boutique.

Bref, même quand je veux effacer de ma mémoire que mon corps ne m'appartient plus en totalité, il y a un événement qui se fait un malin plaisir de me rappeller mes deux grossesses & les dégâts qu'elles ont engendrés.

Certes, dans le précédent texte, je vantais quasiment ces différences et faisait l'éloge de la chair "modifiée". Je reste constante, mais d'une façon un peu moins flatteuse.

Comme quoi, quand on se compare, on se console, mais je préfère juste partager ces changements, dans l'espoir de tous nous rassembler, NOUS, BELLES FEMMES ayant accouché dignement.

--> Jadis, mes seins me permettaient une multitude de prérogatives. Des drinks plus généreux dans les bars. Des regards d'envie et de désir. La fierté de mon amoureux & la mienne, assurément. Soutien-gorge, haut de maillots sexys, y'avait rien à mon épreuve pour souligner cet atout majeur. Maintenant, ma poitrine me laisse plutôt indifférente. Ou ambivalente. Des jours, je m'en satisfais. D'autres, je constate que mes deux amis ont pris des chemins différents. Au sens littéraire, à ma grande tristesse. Spécialement quand je suis sur le dos. Trève de détails. Magasiner une brassière ne dépend plus uniquement des broderies et des imprimés du modèle. Je considère le soutien (OMG, je l'ai dit.), le galbe des bonnets et l'ajustement des bretelles. Pathétique. Je comprend parfaitement le calvaire ressenti par celles qui ont toujours été dotée d'un buste abondant. Je compatis. Sincèrement;

--> J'ai toujours eu un popotin galbé. Des fesses bombées qu'on disaient dans l'temps. J'étais pas heureuse de ce cadeau de la nature, mais je préférais largement me faire comparer à Jennifer Lopez ou Shakira que d'entendre les exclamations peu élogieuses d'Atianna au moment où je me dénude à ses côtés pour aller dans le bain.

- Whoaaa maman!! T'as ben des grosses foufounnes! -__-

- Hmmm. On dit pas ça ma chérie, c'est pas très gentil.

- Ahhh, mais c'est pas grave maman. (Haussement d'épaules, genre on s'en fou maintenant).

J'ai envie de lui répondre qu'étant ma fille et ma copie conforme, elle peut s'attendre à avoir la même belle paire de fesses immense, mais je m'abstiens. Pas parce que c'est une gamine de 3 ans. Parce que je désire attendre que mon "punch line" ait plus d'impact à x années, quand elle sera désagréable envers mes courbes. Mère indigne vous dites? Pentoute. J'ai de l'orgueil un peu, beaucoup!;

--> Je sais pas pour vous, mais je n'ai jamais eu la chance d'avoir des abdos. J'avais un ventre plat, oui. Avec la p'tite boucle de nombril que je trouvais dont ben sexy (!) J'aimais l'espèce de définition de chaque côté (entre le ventre & le pubis mettons). Tsé là comme la chanteuse Pink (avant d'avoir sa fille...) Tout cas. J'avais quelque chose comme ça & ça me rendait folle de bonheur. Ayant toujours été complexée par le bas de mon corps, vous pouvez être certaine que je mettais le paquet sur le haut! Maintenant, c'est le paquet du haut. Un léger ramassi de peau confortable et un peu "strippé". Je veux bien le dissimuler, mais c'est un coriace qui me rappelle quand même de précieux souvenirs. J'vous avouerai même que je me surprend à l'apprivoiser quand Évaly (16 mois) se blotti la tête dessus dans un élan affectif. Ou, quand Atianna (3 ans) choisi le moment où mon bourrelet est à son apogée (donc assise), pour me faire un grooooos câlin & ainsi, "graber" ce merveilleux beigne d'amour;

--> S'il y a une chose que j'envie aux jeunes femmes qui n'ont pas d'enfants, hormis leur temps libre & leur 9 heures de sommeil réparateur, c'est leur teint. Pas du teint en cannes de la pharmacie, qui finit toujours par laisser des "spots". Pas leur teint orangé de cabine de bronzage. Leur teint frais. Leur peau jeune & ferme. Une peau qui ne connait pas de sacrifices & qui a droit à sa crème hydratante matin & soir. Peut-être même une de nuit... Tsé, je peine à réussir à me mettre du mascara le matin, faut pas trop en demander.

La liste des parties de nos corps qui se sont transformées ou qui nous ont malheureusement abandonnées à tout jamais pourrait s'éterniser. J'ai pas envie, c'est trop déprimant. Mais, savez-vous quoi? Je crois que je vais continuer de vanter ces changements jusqu'à ma mort. Pourquoi? Parce que je crois que je ne me suis jamais sentie aussi FEMME que là, à cette période de ma vie. Je vois la différence entre un corps de femme & un corps de jeune première. Chacun des deux à ses points forts, mais seul le nôtre a souffert pour créer. C'est pas photoshopé & c'est vraiment pas banal. Les marques, le surplus de poids, les cicatrices, c'est si minime à comparé aux prouesses & aux efforts que CE corps vous a donné.

Des corps empruntés, des corps heureux, vous vous souvenez?

Cette fois, j'ai envie de dire:

J'étais fière de mon corps d'AVANT.

J'aime encore plus celui d'APRÈS.
.

Commentaires par Disqus