Pour les parents qui en veulent plus
Chicoutimi Chrysler

Merci à Chicoutimi Chrysler de nous permettre d'effectuer nos tournées de presse à bord de voitures familiales sécuritaires

Concours

Concours

Familles d’Aujourd’hui, en collaboration avec ses partenaires, vous promet des concours qui vous emballeront! Des voyages au soleil dans une destination famille, des régimes d'épargne-études, des séjours dans des camps de vacances, des livres, des jeux et encore plus… Bien des surprises vous attendent.

De Concours >

Être une mère quand t'en as pas eu.

07 novembre 2014

Sylvia Tessier
Auteur(e)

Sylvia Tessier

Maman débordée et parfois dépassée qui partagera ses anecdotes cocasses, ses idées, ses crises de folies sur les joies d'être une maman glam & amoureuse.

En savoir plus
Être une mère quand t'en as pas eu.

~~Quand mon amoureux & moi avons eu la fameuse discussion sur les enfants à venir, j'ai freak out.

J'avais certainement peur de l'inconnu. Peur qu'une aussi grosse tête sorte de vous savez où. Ce qui me faisait vraiment peur par contre, c'était la mère que j'étais pour être. Quel genre de mère pourrait bien devenir une jeune orpheline encore marquée au fer de toutes ses blessures d'enfance. Le coeur a beau être gonflé d'amour, il l'est tout autant de craintes & de cicatrices. Pis pour moi, c'était primordial de guérir mes bobos avant de mettre au monde un petit miracle. Pour éviter les patterns. Pour être un parent fort, fier & prêt à soigner d'autres plaies que les miennes.

S't'un contexte cruel, mais faut s'qui faut. Parcours bouetteux, mais assumé.

À 1 an ½, j'ai quitté le nid familial pour un nid plus douillet. Un nid qui n'abritait pas, ni violence, ni drogues, ni abus quelconques. Juste ça, c'est beaucoup. Malheureusement, je me suis rendue compte que plusieurs nids ont un trou immense qui est bien caché par de la paille en abondance. Il aura fallu 15 nids avant de finalement m'installer confortablement, mes petites ailes frêles esquintées. Les familles d'accueil, c'est une réalité pour plus de jeunes que vous le croyez. Pis c'est comme le reste: y'a en des bonnes & y'en a des mauvaises.

Pendant ma triste découverte sur le monde, un autre coup dur: mon père tua ma mère. J'avais 8 ans & j'étais dans ma 4e ou 5e famille. Le directeur m'avait fait venir dans son bureau & le son de l'intercom résonne encore dans mes oreilles à l'occasion. On a pas que les meilleurs souvenirs on dirait. Ce meurtre m'a anéanti oui. Il m'a déconnecté du reste de la planète. Comment une fillette de 8 ans peut vivre sans repères? Sans appartenances? Avec autant d'épreuves. Qui n'aboutissent jamais à une fin heureuse. Par chance, je réussissais bien à l'école. J'étais parfois la première de classe. Curieusement, j'étais populaire aussi. Thank God, parce qu'autrement, la vie ne m'aurait absolument rien donné.

"Barouettée", trahie & affrontant la vie à reculons, j'ai mené ma barque jusqu'à la majorité. À 15 ans, j'ai atteri dans un nid qui était niché sur le plus bel arbre possible. La barque était plus légère, quoiqu'endommagée. J'ai fais confiance à l'amour, même si elle ne me donnait aucunes raisons valables de le faire. C'est puissant des planches de bois parfois.

J'ai alors rencontré mon amoureux. Celui qui m'a aidé à reconstruire mon moyen de transport douteux. J'avais beau l'aimer de tout mon être, je concevais pas d'être un modèle adéquat pour des enfants futurs. La p'tite qui communiquait en manipulant, en mentant & en SE mentant devrait enseigner l'honnêteté, le respect & l'entraide? J'y croyais pas. La p'tite qui avait été humiliée, dégradée & mal-aimée devrait apprendre à une boule de pureté comment aider son prochain? J'y croyais plus du tout.

Pourtant.

J'suis pas la mère parfaite. J'aime le penser, mais j'me mens plus aujourd'hui.

Quand je crie après mes filles alors que c'est pas nécessaire & un peu trop intense, j'me parle.

Quand j'suis à boutte pour aucune raison & qu'elles me regardent incertaines, j'm'éloigne.

Quand je doute de mes capacités de maman, je les observe.

L'amour est un apprentissage. Un anti-douleur éternel. Alors que je ne pensais pas pouvoir aimer la race humaine dans ma tête de petite fille, je laisse mes petites filles m'enseigner à ne pas reproduire les erreurs que j'ai vu. J'élève l'amour.

C'est drôle, parce qu'à l'expression: "Père manquant, fils manqué", j'ai envie de répondre: "Mère absente, fille aimante".

Commentaires par Disqus