Pour les parents qui en veulent plus
Chicoutimi Chrysler

Merci à Chicoutimi Chrysler de nous permettre d'effectuer nos tournées de presse à bord de voitures familiales sécuritaires

Concours

Concours

Familles d’Aujourd’hui, en collaboration avec ses partenaires, vous promet des concours qui vous emballeront! Des voyages au soleil dans une destination famille, des régimes d'épargne-études, des séjours dans des camps de vacances, des livres, des jeux et encore plus… Bien des surprises vous attendent.

De Concours >

Le combat d'une femme.

10 mars 2014

Sylvia Tessier
Auteur(e)

Sylvia Tessier

Maman débordée et parfois dépassée qui partagera ses anecdotes cocasses, ses idées, ses crises de folies sur les joies d'être une maman glam & amoureuse.

En savoir plus
Le combat d'une femme.

S'il y a quelque chose qui me pue au nez dans la vie, c'est bien la maladie. Juste le mot est laid. Le prononcer rend fièvreuse. Qu'elle touche n'importe qui attriste les gens. Qu'elle s'en prenne à un proche les affligent. À un enfant, les consternent. À notre enfant, les détruit.

J'aimerais que la maladie n'existe pas. Comme le voudrait la plupart des humains munis d'intelligence & de coeur certes, mais tout de même. À défaut de cela, je souhaiterais que la maladie s'attaque à ceux qui sont mauvais. Pas parce que je veux la souffrance de certains, mais comme la maladie est présente, autant qu'elle se glisse dans la peau de personnes qui doivent être punies.

On donnerait un rhume à celui qui à volé une voiture, par exemple. L'eczéma à un "dealeux de drogues". J'sais pas, on jase là. Une infection proportionnelle au délit perpétré. Sadique? Pas tant. J'trouve pas ça pire que de voir des orphelins perdre un père ou une mère au détriment d'un cancer. Des parents inconsolables de la perte d'un boutchou, touché par une maladie rare. Est wise cette maladie. Elle choisit presque toujours les meilleurs. Les plus aimés du moins. Elle s'arrange pour chasser nos souvenirs trop tôt & nous brise tous indirectement en morceaux. C'est futé & sans coeur.

J'aime à penser que nous sommes encore supérieurs à la maladie. Qu'une volonté de fer, des pelletées de courage & de l'amour à profusion puissent l'exterminer. La ralentir, ou même la décourager. C'est que j'ai un modèle plus qu'inspirant à mes côtés.

Vous avez probablement tous visionné l'émission de Chantal Lacroix: On efface & on recommence. Je vaguais sur le web & sur les réseaux sociaux, puis je voyais que des commentaires à ce sujet. Faute de temps ou d'horaire, je n'arrivais pas à voir l'épisode en question. Et hier arriva.

Avec Béchou, on a écouté "La Voix". On était émus de certains duels, brassés du dedans par autant d'émotions. La chanson est un médium incroyable à ce niveau. Bref. Après ça, on jasait en zappant. On a atterri sur le "Canal Vie" & disons qu'on a remis la nôtre en perspective. L'histoire de cette jeune famille au bonheur facile qui se retrouve une mère aimante en moins. Dur. J'ai pleuré de A à Z. Du coin de l'oeil, je remarquais bien que mon amoureux en faisait de même. Comment ne pas être chaviré par une situation aussi injuste, par autant de blessures vives?

Pourquoi faut-il souvent être témoin de drames similaires pour apprécier ce que nous avons & s'aimer davantage chaque seconde qui passe? Ben oui c'est cliché toi, mais qui n'a pas déjà eu envie d'abandonner lors de moments plus ardus? Qui a pas déjà pensé que sa vie était donc pénible & trop agité par instant? Moi, la première. Ce n'est sûrement pas un reproche, mais on peux tu juste vivre & savourer ce qu'on a? Sans comparaisons, sans jugements? Vivre sa vie & célébrer la santé? Savoir que l'on va partir prochainement, en laissant l'homme de notre vie & nos jeunes enfants, c'est un peu comme de perdre un enfant justement.

Pis vous savez quoi? Ces gens-là n'y laissent rien paraître. Pas même une larme. Ce sont eux qui rassemblent, eux qui plaisantent encore. Je le sais, parce que j'ai la chance d'avoir une belle-maman en béton. La mère de mon chum des 12 dernières années. Une inspiration, une guerrière. Le genre de femme que je souhaiterais être plus tard. Celle-là même qui a organisé les festivités de Noël, alors qu'elle était gravement malade. Celle-là qui botte le derrière du cancer, à tous les jours depuis bientôt 2 ans. Celle-là qui a appris récemment qu'elle n'avait plus de chance & qui devra peut-être déposer les armes. Celle qui nous manquera autant qu'on l'a aimé. Inconditionnellement.

Cette femme est une légende. Elle n'est pas célèbre. N'est sûrement pas connu du grand public. Cette femme est une légende aux yeux de ceux qui ont eu le bonheur & le privilège de partager sa vie. Rassembleuse. Passionnée. Forte. Complémentaire. Elle a le don de soi tatoué sur le coeur. Le modèle d'une maman qui protège ses poussins. Qui en fera jamais assez, toujours plus. La maman qui fabrique des costumes d'Halloween aux petites heures, avec créativitéé & tendresse, pour pas que les garçons soit pénalisés faute de moyens. La grand-maman qui se met à 4 pattes, à grands coups de "guili-guili", malgré la douleur. La femme qui a été fidèle & loyale d'amour à son mari de plus de 30 ans de mariage. La belle-mère qui a toujours été présente pour ses brues & qui ne leur donnait aucunement le goût de détester ce titre ingrat. La collègue adorée, l'amie sincère & j'en passe. Tant de rôles à jouer. Tous, à la perfection.

Maintenant, son plus grand défi: combattre ce mal. Enrayer ce fléau. Pour toutes ces femmes invincibles de l'extérieure, mais pourtant si délicate & précieuse à l'intérieure, ne baissez pas les bras. Vous êtes aimées. Chacune d'entres vous qui luttez sans relâches, je pense à vous.

J'écris ce texte & je sais que ça changera rien de rien. Excepté le baume que je souhaite mettre sur votre bobo. J'écris ce texte avec le coeur & l'âme dans les doigts. J'espère seulement que vous allez le ressentir.

Bon combat. Ce combat d'une vie.

Commentaires par Disqus