Pour les parents qui en veulent plus
Chicoutimi Chrysler

Merci à Chicoutimi Chrysler de nous permettre d'effectuer nos tournées de presse à bord de voitures familiales sécuritaires

Concours

Concours

Familles d’Aujourd’hui, en collaboration avec ses partenaires, vous promet des concours qui vous emballeront! Des voyages au soleil dans une destination famille, des régimes d'épargne-études, des séjours dans des camps de vacances, des livres, des jeux et encore plus… Bien des surprises vous attendent.

De Concours >

"Ce n'est pas de sa faute!"

19 janvier 2016

Sylvie Bastien-Doss
Auteur(e)

Sylvie Bastien-Doss

Sylvie aide les parents et les écoles à construire des ponts vers une véritable relation de partenariat.Forte de son expérience et plus que jamais convaincue que le succès au travail et dans nos vies personnelles provient principalement de nos habiletés à communiquer avec les autres,

En savoir plus
"Ce n'est pas de sa faute!"

Savoir responsabiliser son enfant 

Chère Madame Leblanc, Julien n'a pas fait son devoir, car nous avons eu une fête familiale à la maison hier soir et il lui était difficile de travailler. 
Je vous demande donc de ne pas le punir, car ce n’est pas de sa faute.
Merci à l’avance de votre compréhension. 

La maman de Julien

Voici le mot que présente Julien à Madame Leblanc, son enseignante de 5eannée en ce mardi matin. Madame Leblanc aimerait bien être gentille et passer l’éponge, car elle comprend bien que ce genre de chose peut très bien arriver, mais elle est plutôt ennuyée et désire réfléchir avant de réagir à cette demande parentale.
 

La réflexion de l’enseignante

  • Julien a reçu ce devoir il y a trois jours et il aurait pu le faire à l’avance s’il avait été mieux organisé.
  • Ses élèves connaissent bien ses exigences et l’importance qu’elle accorde à l’organisation du travail. Dans sa classe, on parle souvent de l’importance de ne pas s’y prendre à la dernière minute et de faire un plan pour mieux organiser son temps d’étude.
  • Ses élèves connaissent les conséquences pour le travail non fait. En fait, ce sont eux qui ont convenu ensemble des conséquences en début d’année, avec leur enseignante.
  • Ce devoir étant un prérequis pour bien comprendre l’activité de la journée, Julien aurait sans doute du mal à suivre et à comprendre le cours.
  • Si elle laisse passer cela, comment les autres enfants interprèteront-ils sa décision? Pourquoi Julien n’aurait-il pas les mêmes conséquences qu’eux pour ses actions, d’autant plus qu’il avait la chance de s'y prendre d’avance...
  • Il y a quelques mois, ses élèves ont eu l’occasion de participer à une discussion au sujet du sens des responsabilités et ont amorcé une réflexion sur l’expression « ce n’est pas de ma faute ».
  • Le message qu’elle risque d’envoyer à toute la classe ainsi qu’à tous les autres parents est le suivant : vous n’avez qu’à écrire une note d’excuses et votre enfant n’aura pas à subir de conséquences. Voilà une attitude qui serait contre-productive à ses yeux. 

La décision 
Compte tenu du contexte, l’enseignante décide de partager ces réflexions avec Julien et lui demande ce qu’il pense de tout cela. À sa grande surprise, elle entend Julien répondre tout simplement qu’il est vrai qu’il aurait pu faire son devoir bien avant et qu’il aurait pu être mieux organisé. Il se sentait d’ailleurs mal à l’aise que sa mère écrive ce billet, car il savait ce qu’il aurait dû faire pour éviter de se retrouver dans cette fâcheuse situation. Par souci de justice envers les autres et ayant compris qu’il était responsable de ses actes, cet enfant de 5eannée décida qu’il serait approprié de rattraper le travail manqué en restant en classe pendant les récréations.
 

La réaction des parents
Le lendemain matin, l’enseignante reçut une lettre de la part des parents de Julien disant qu’ils étaient déçus d’apprendre que Julien avait tout de même été «puni», malgré la demande qu’ils avaient faite. Ils accusèrent l’enseignante d’être trop rigide, et de manquer d’humanisme envers leur fils. L’enseignante fût surprise de cette réaction et ne comprenait pas pourquoi les parents n’avaient pas appuyé sa décision qui avait pourtant été prise dans le meilleur intérêt de Julien!
 

Et l’enfant dans tout cela?
Et Julien dans tout cela? Il avait supplié ses parents de ne pas se fâcher contre Madame Leblanc et surtout de ne pas lui envoyer cette lettre! Il ne savait pas comment son enseignante allait réagir et ne voulait pas de problème à l’école! C’est avec appréhension qu’il se présenta en classe le lendemain...
 

Le partenariat parents-enseignant
Il est bien qu’un parent explique à l’enseignante une situation semblable à celle de Julien. Le problème réside dans le fait que l’on ait voulu dire à l’enseignante comment gérer la situation sans aucune considération du contexte scolaire.
 
Un enseignant prépare ses élèves à devenir autonomes et responsables. On apprend souvent par essais et erreurs et le contexte scolaire est le milieu idéal pour se tromper, car c’est un environnement constructif et sécuritaire.  Il est souhaitable que l’enseignant profite des situations vécues en classe pour en faire ressortir des enseignements.
 

Et si les parents avaient parlé à l’enseignante?
Les parents peuvent saboter, souvent bien malgré eux, le travail et les efforts d’un enseignant. Si les parents de Julien avaient discuté de la situation avec l’enseignante, ils auraient sans doute mieux compris la situation. C’est en s’ouvrant ainsi au contexte scolaire qu’ils auraient apprécié l’intervention et le jugement professionnel de cette éducatrice d’expérience.
 

Ouverture et dialogue
Le dialogue et l’ouverture sont nécessaires pour avoir une relation parents-école saine et harmonieuse. N’oubliez pas que vous avez un rôle actif à jouer en soutenant les efforts des enseignants et en encourageant ensemble les enfants à agir de façon responsable!

Commentaires par Disqus