Pour les parents qui en veulent plus
Chicoutimi Chrysler

Merci à Chicoutimi Chrysler de nous permettre d'effectuer nos tournées de presse à bord de voitures familiales sécuritaires

Concours

Concours

Familles d’Aujourd’hui, en collaboration avec ses partenaires, vous promet des concours qui vous emballeront! Des voyages au soleil dans une destination famille, des régimes d'épargne-études, des séjours dans des camps de vacances, des livres, des jeux et encore plus… Bien des surprises vous attendent.

De Concours >

Votre crayon vous rend plus intelligent!

15 septembre 2015

Succès Scolaire
Auteur(e)

Succès Scolaire

Succès Scolaire est une entreprise québécoise vouée à la réussite académique des élèves des niveaux primaire, secondaire et collégial.

En savoir plus
Votre crayon vous rend plus intelligent!

Allez-y, faites le test… Comparez le nombre de mots que vous pouvez écrire à la main en une minute versus avec un clavier d’ordinateur. L’ordinateur gagne haut la main, la plupart du temps. Or, la prise de notes avec un bon vieux crayon –ou stylo- s’avérerait garante de meilleures performances à l’école, apparemment. Voyons voir.

La rapidité, un gage d’apprentissage?

La prise de notes à l’aide d’un clavier est extrêmement efficace. Puisque la quantité de mots tapés à la minute est plus importante pour la moyenne des gens que la quantité de mots écrits au crayon, les étudiants qui prennent des notes avec leur ordinateur ont tendance à recopier mot pour mot ce que leur professeur dit. Or plus de mots tapés n’équivaut pas à une meilleure assimilation de la matière. Une étude[1] toute récente nous l’explique.

Selon ses deux auteurs, puisque les étudiants utilisant un bon vieux crayon sont plus lents, ils sont plus interpellés et leur cerveau est plus sollicité par la matière qu’on tente de leur inculquer. En effet, les élèves sont davantage à l’écoute du professeur, « digèrent » l’information et la synthétisent dans leur tête pour mieux la transcrire à l’écrit. Prendre des notes de cette façon favorise donc la compréhension de la matière et sa rétention. Les étudiants pianotant sur leur clavier, de leur côté, n’ont pas à consacrer autant d’attention et de réflexion à ce qu’on leur apprend parce qu’ils se contentent de retaper ce qu’ils entendent machinalement. En résulte une compréhension plus superficielle des concepts enseignés.

Ordinateur dans la classe : attention!

                Un ordinateur pour prendre des notes en classe, c’est aussi un ordinateur pour faire plein de choses distrayantes. Malheureusement, il n’existe pas de bouton pour éteindre les médias sociaux et le clavardage lorsqu’on allume sa machine. Non seulement la prise de note à l’ordinateur est à déconseiller, mais l’ordinateur a également des effets nocifs sur l’apprentissage. Les élèves qui apportent leur ordinateur en classe ont tendance à faire plusieurs tâches en même temps, ce qui diminue leur capacité d’attention et réduit leurs résultats scolaires[2]. Bien entendu, on ne parle pas des cours dans lesquels les professeurs adaptent leur enseignement en fonction de l’ordinateur, ou de la tablette. Les appareils électroniques peuvent alors devenir un atout pour l’apprentissage.

                Mentionnons que de plus en plus de professeurs bannissent les ordinateurs de leurs classes. Comme vous pouvez le lire ici, ceux-ci  sont de plus en plus préoccupés par le temps que leurs élèves passent sur les médias sociaux en classe, au point d’en arriver à cette solution que certains qualifieront de radicale.

En somme, ce qu’il faut retenir, c’est que le progrès n’est pas mauvais en soi. On espère qu’en lisant l’article, vous n’irez pas jeter tous vos appareils électroniques à la poubelle! Tout est dans l’utilisation. L’ordinateur et le crayon ont chacun leur rôle, ils peuvent cohabiter…mais pas dans la salle de classe!

 

[1] Oppenheimer Daniel M. et Pam A. Mueller. 2014. “The Pen Is Mightier Than the Keyboard: Advantages of Longhand Over Laptop Note Taking”, Psychological Science.

[2] Fried Carrie B. 2008. “In-class laptop use and its effects on student learning” Computers & Education 50, 906–914.

Commentaires par Disqus