Pour les parents qui en veulent plus
Chicoutimi Chrysler

Merci à Chicoutimi Chrysler de nous permettre d'effectuer nos tournées de presse à bord de voitures familiales sécuritaires

Concours

Concours

Familles d’Aujourd’hui, en collaboration avec ses partenaires, vous promet des concours qui vous emballeront! Des voyages au soleil dans une destination famille, des régimes d'épargne-études, des séjours dans des camps de vacances, des livres, des jeux et encore plus… Bien des surprises vous attendent.

De Concours >

Mon enfant est un monstre? Non, mon enfant est extraordinaire!

20 octobre 2015

Famille d'Aujourd'hui
Auteur(e)

Famille d'Aujourd'hui

Le réseau Familles d’Aujourd’hui est un réseau d’information en matière familiale, spécialisé dans la conciliation travail-famille.

En savoir plus
Mon enfant est un monstre? Non, mon enfant est extraordinaire!

Quand je m’imaginais devenir mère, je croyais fermement avoir un enfant extraordinaire. Vous savez cette enfant doué d’une intelligence supérieure, le petit prodige qui se démarque du lot, le petit Einstein ou le petit Mozart qui enchante tout le monde ? L’enfant qui rend ses parents si fiers et tout les autres jaloux.Je voulais que mon fils sorte du lot, je voulais lui apprendre toutes les choses que la majorité des enfants de son âge ne connaissent même pas. Le rendre extraordinaire quoi !

" Ma bulle a éclaté assez vite, j’ai hérité d’un enfant spécial, mais pas comme je l’avais imaginé. J’étais la mère d’un enfant… différent. Non seulement je voyais tous mes rêves brisés, mais j’allais également devoir faire le deuil d’un enfant «normal".

Au début, je croyais que j’avais hérité d’un enfant difficile. Lorsque mon fils a eu trois ans, non seulement le Terrible two ne se terminait jamais, mais tout le monde était à bout de souffle, moi plus que les autres. C’était des crises à n’en plus finir. Il explosait constamment, il n’apprenait rien, tout le monde le rejetait, autant les adultes que les autres enfants. C’était invivable autant pour lui que pour moi. Nous étions malheureux et chaque jour qui passait ne faisait que nous écorcher davantage. Mon fils ne vivait que des échecs, partout : dans ses relations, dans ses apprentissages, dans son développement. J’avais mal pour lui et avec lui.

Le plus difficile était le jugement des autres : mon fils était un monstre et c’était de ma faute. Même si je faisais tout mon possible, je n’y arrivais pas. Je pleurais en cachette, à bout de souffle, souvent après avoir été écorchée par un jugement.

J’aurais tellement aimé que les autres portent un peu mes souliers, pour qu’ils comprennent à quel point c’était dur, que même si je faisais les bonnes choses, ce n’était jamais suffisant. Je voyais l’avenir comme un enfer et je n’avais pas le goût d’y mettre les pieds.

Un jour, l’éducatrice de mon fils m’a conseillé de consulter. Elle ne pourrait plus s’occuper de mon fils car c’était trop difficile. Elle m’a dit : « Amène le à l’hôpital, ils vont bien voir que ça n’a pas de sens !». C’est ce que j’ai fait. Les diagnostics sont tombés rapidement : mon garçon souffrait d’un TDAH, d’un trouble d’opposition et d’un trouble de régulation émotionnelle.

Voilà que les professionnels me disaient : votre enfant va «rusher» toute sa vie et par le fait même, vous aussi. C’est ce que je croyais.

On a rapidement hérité d’un suivi avec des professionnels : pédopsychiatre, psychologue, ergothérapeute. Cela signifiait des rendez-vous à ne plus finir et … de la médication pour mon fils. J’allais franchir le pas et tomber dans la catégorie des mères indignes qui «droguent» leur enfant pour avoir la paix.

Je n’ai jamais regretté ce choix, j’ai souvent douté, de moi, de mon fils, des diagnostics, mais en prenant cette décision j’ai permis à mon fils de redevenir un enfant.

Moins de rejet. Moins d’échecs. Les crises se sont grandement atténuées. Mon fils s’est mit à sourire au lieu de crier. Il est devenu comme les autres enfants : heureux. Il a rapidement rattrapé le retard de développement qui le talonnait, dû à son incapacité à se concentrer. Il est devenu adorable !

Mon garçon est différent et c’est ce qui le rend extraordinaire. Il a une façon unique de voir la vie, de fonctionner et de m’éblouir. Oui, il ne rentre pas dans le moule que la société impose. Oui, il sort du lot. Oui, il évolue et chemine différemment. Oui, c’est très demandant. Oui, c’est souvent difficile.

Pour lire la suite .... 

Commentaires par Disqus